Jean d’Ormesson fut un jeune lecteur de Joseph Malègue

Dans ses jeunes années, Jean d’Ormesson fut un lecteur attentif de Joseph Malègue. En témoigne cet interview du journal le Figaro :

« Que lisiez-vous dans votre jeunesse?

Vous savez, mes parents étaient des gens cultivés qui aimaient la politique, l’histoire et la musique, mais qui ne lisaient pas ou peu de romans. J’avais lu, jeune, Arsène Lupin, Les Thibault de Roger Martin du Gard, Les Hommes de bonne volonté de Jules Romains, Augustin ou Le maître est là, de Joseph Malègue, et Brasillach (il prononce Brasil-lach), en particulier Notre avant-guerre, qui est un livre magnifique, et qui m’a donné envie de faire Normale, comme lui. J’ai beaucoup d’admiration pour Brasillach. On ne lui pardonne rien alors qu’on pardonne tout à Céline. C’était pourtant un très grand écrivain. »

Jean d'Ormesson
Jean d’Ormesson

Soyez le premier à publier un commentaire.