Chronologie

La vie de Joseph Malègue, la publication de ses écrits avant et après sa mort, les monographies qui lui ont été consacrées jusqu’à aujourd’hui et quelques études, les manifestations organisées autour de son œuvre, les prix attribués, etc.

1876 : (8 décembre) naissance à La Tour-d’Auvergne (Puy-de-Dôme)
1881 : entrée à l’école primaire de la ville de La Tour-d’Auvergne
1886 : entrée au Lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, il y demeure sept ans de la Sixième à la Seconde comprise (il redoublera deux classes)
1887 : (24 avril) communion solennelle
1893 : entrée chez les Eudistes à Saint-Jean de Versailles
1894 : Première partie du bac
1895 : Deuxième partie (Philosophie), avec la mention Très-bien
1895 : (octobre) Entrée au Collège Stanislas
1896 : Premier accessit au Concours général en composition française
1897 : Ne peut se présenter au concours d’entrée à l’Ecole normale supérieure suite à une grave pleurésie
1897-1899 : Se soigne durant deux ans notamment à la ville d’eaux de La Bourboule proche de La Tour-d’Auvergne
1899 : S’inscrit au Lycée Henri IV en vue de préparer le concours d’entrée à Normale
1899 : Réformé du service militaire
1900 : Echec au concours d’entrée à Normale
1901 : Nouvel échec à ce concours
1901 : Précepteur d’Hervé de Talhouët-Roy
1902 : Obtient le certificat d’études physiques chimiques et naturelles en vue de la poursuite d’études de médecine
1903 : Echec à l’agrégation de philosophie
1903 : S’inscrit à la Faculté de Droit
1905 : Bachelier en Droit
1905 : (9 décembre) Adoption de La Loi de séparation des Eglises et de l’Etat
1906 : Licencié en Droit. Il reste au service des Talhouët-Roy accompagnant le jeune Hervé dans ses études
1908 : (7 mars) Ayant refusé de souscrire à l’encyclique Pascendi qui condamne le modernisme en 1907, Alfred Loisy est excommunié par Pie X
1910 : Certificat d’études de géographie
1911 : Quitte le service des Talhouët et s’inscrit au Doctorat en droit.
1911-1912 : Séjour en Angleterre pour le doctorat et première esquisse d’Augustin ou Le Maître est là (apparition du prénom et du patronyme Méridier dans Le Registre bleu, le 11 février 1912)
1913 : Docteur en droit à la suite de la défense d’une thèse intitulée Le Travail casuel dans les ports anglais. Prête serment d’avocat au Barreau de Paris. Exerce son métier comme avocat commis d’office.
1914 : (27 juillet) : Sa thèse de doctorat est primée
1914 : (3 août) : L’Allemagne déclare la guerre à la France
1914 : Volontaire à l’hôpital d’Issoire malgré son vœu d’être versé dans une unité combattante
1915 : (26 août) Le jour où il est engagé comme conseiller juridique chez Michelin à Clermont-Ferrand, il est affecté aux fonctions de secrétaire à l’Etat-Major des 1ère et 2e subdivisions de la 13e région militaire.
1916 : (mai) Affecté au contrôle postal de Pontarlier
1917 : (3 mars) Affecté à la Commission internationale pour le Ravitaillement à Londres en raison de ses connaissances de droit et d’anglais. Précepteur des enfants de l’attaché militaire français à Londres, le général de La Panouse
1917 : (24 avril) Mort de François Malègue à l’âge de 92 ans
1919 : (12 avril) Reçoit son titre de congé illimité de démobilisation
1919 : Prépare l’agrégation à l’enseignement du droit
1920 : (octobre) Refusé à l’agrégation de droit
1921 : Doit refuser un emploi à L’Echo de Paris pour raisons de santé
1922 : Professeur à l’Ecole normale pour instituteurs de Savenay
1923 : (29 août) Epouse à Nantes Yvonne Pouzin première femme médecin des hôpitaux.
1927 : (juillet) Quitte l’Ecole normale de Savenay
1928 : Une fièvre typhoïde le met à deux doigts de la mort
1929 : Envoi au journal Le Temps organisant un concours littéraire dont le prix consiste en l’édition du manuscrit, de Pierres noires (très différent du roman posthume), qui n’est pas retenu.
1929 : Date pour Malègue de la fin de la rédaction d’Augustin ou le Maître est là
1930 : (2 juillet), présentation du manuscrit d’Augustin à Jacques Chevalier
1931 : (29 octobre) Jacques Chevalier propose le manuscrit d’Augustin aux éditions Plon qui refusent de l’éditer
1932 : Nouvel envoi de la première version de Pierres noires au Cercle littéraire français lors d’un concours : le manuscrit n’est pas retenu
1932 : (février), Après une dernière tentative chez Plon, le manuscrit d’Augustin est présenté à Spes qui accepte de l’éditer à compte d’auteur
1933 : (14 février) Sortie de presse d’Augustin ou Le Maître est là (3.000 exemplaires), brefs comptes rendus dans deux journaux et critique négative dans L’Action française le 11 mai
1933 : (18 juin) Augustin ou Le Maître est là obtient le Prix Claire Virenque ce qui a pour effet d’empêcher qu’il obtienne le Prix Fémina quelque temps plus tard, son jury n’accordant pas le prix à un roman déjà primé. Plus de 150 recensions du roman, en France, pays francophones, Europe, Brésil…
1933 : (décembre) Deuxième édition d’Augustin (10.000 exemplaires)
1933 : (23 décembre) Gaston Gallimard écrit à Malègue qu’il aimerait éditer son prochain ouvrage
1934 : (5 janvier) Apprenant que Malègue n’est pas lié à Spes par contrat, Gallimard lui demande de lui présenter ses prochaines œuvres et souhaite le rencontrer
1934 : (de cette année à 1936), nombreuses conférences en France, Belgique, Suisse et Pays-Bas
1934-1940 : collaborations à La Vie intellectuelle, La Vie spirituelle, Sept, Temps présent, Tendances (revue liégeoise), le Bulletin Joseph Lotte
1935 : (15 mars) Mort de Anne Mouret, veuve de François Malègue et mère de Joseph Malègue, à l’âge de 82 ans
1935 : Parution de l’ouvrage De l’Annonciation à la Nativité chez Flammarion
1935 : Première traduction en italien d’Augustin par Renzo E. de Sanctis qui paraîtra en feuilleton dans Illustrazione Vaticana
1935 : (juin) Troisième édition d’Augustin (9.000 exemplaires)
1938 : Parution de Petite suite liturgique chez Spes
1939 : Parution de Pénombres : glanes et approches théologiques chez Spes
1939 : (septembre), Le Royaume uni et la France déclarent la guerre au IIIe Reich
1940 : (mars) Quatrième édition d’Augustin (6.000 exemplaires)
1940 : (10 juin) Opération d’un cancer qui s’avère incurable
1940 : (19 juin) Les Allemands entrent dans Nantes.
1940 : (30 décembre) Mort de Joseph Malègue
1941 : (25 juin) Gaston Gallimard écrit à la veuve de Malègue qu’il souhaite rééditer Augustin et publier le manuscrit laissé par Malègue (Pierres noires)
1942 : (février), 5e édition d’Augustin (5.000 exemplaires)
1943 : (octobre), 6e édition (5.000 exemplaires)
1944 : (juillet), 7e édition (16.000 exemplaires)
1945 : Roger Aubert, Le problème de l’acte de foi (Thèse de maîtrise en théologie), Malègue étudié p. 631-636
1945 : Joris Eeckhout Litteraire profielen, XIII, Standaard-Boekhandel,‎ Brussel, 1945, 142 p., « Joseph Malègue », p. 58-85.
1947 : (février), 8e édition augmentée (comme celles qui suivront sauf celle de 2014) d’un appendice posthume Le Sens d’Augustin (15.000 exemplaires)
1947 : (15 avril), mort d’Yvonne Pouzin veuve de Joseph Malègue
1947 : Yvonne Pouzin Joseph Malègue aux éditions Casterman de Tournai
1953 : 9e édition (en un volume), d’Augustin (5.000 exemplaires)
1953 : Dom Germain Varin, Foi perdue et retrouvée. La psychologie de la perte de la foi et du retour de Dieu dans Augustin ou Le Maître est là de Joseph Malègue, éditions Saint Paul,‎ Fribourg, 1953
1953 : Charles Moeller Littérature du xxe siècle et christianisme, t. II : La foi en Jésus-Christ : Sartre, Henry James, Martin du Gard, Malègue, Tournai-Paris, Casterman, Tournai, 1953, in-8°, 354 p., chap. IV (« Malègue et la pénombre de la foi » étude d’Augustin ou Le Maître est là), p. 217-302
1955 : Traduction de ce tome de Charles Moeller en espagnol (et donc de l’étude consacrée à Malègue) Literatura del siglo XX y cristianismo. Tomo II. La fe en Jesucristo. Editorial Gredos, Madrid, 1955. Traducción de José Pérez Riesco
1956 : (1er juillet) Inauguration de la plaque commémorative sur la maison natale de Malègue à La Tour-d’Auvergne
1956 : Augustin (traduction allemande d’Augustin par Edwin Maria Landau Benziger & Co., Einsideln 1956
1957 : Elizabeth Michaël (préf. Jacques Madaule), Joseph Malègue, sa vie, son œuvre ( thèse de doctorat défendue à l’Université Laval, juin 1948), Paris, Spes,‎ 1957 (257 p.)
1958 : Sortie du roman posthume Pierres Noires : Les Classes moyennes du Salut chez Spes
1959 : Prix littéraire 1959 de la Maison d’Auvergne à Paris, dit « prix des volcans » pour Pierres noires, le jury déclara que ce grand prix littéraire d’Auvergne était de caractère exceptionnel
1960 : 10e édition d’Augustin (5.000 exemplaires). Le Club international du livre catholique en Belgique publie Augustin à 3.500 exemplaires, édition différente de celle de Spes (en eux volumes).
1962 : Léon Emery, Joseph Malègue : Romancier inactuel, Lyon, Les cahiers libres, sans date (1962), 141 p.
1965 : Sous la meule de Dieu et autres contes de Joseph Malègue (Trois nouvelles : La Mort d’Adam, Celle que la grotte n’a pas guérie, Sous la meule de Dieu, éditions du Chalet, Lyon, avec une introduction de Jean Lebrec)
1965 : Traduction en italien Agostino Méridier Società Éditrice Internazionale, Turin, 1960 et l’ensemble de l’ouvrage est publié en trois tomes, avec une deuxième édition en 1962 et une Nota introduttiva du professeur Francesco Casnati
1966 : 11e édition d’Augustin (5.000 exemplaires)
1966 : Giovanni VIisenti, traduit Pierres noires en italien : Pietre Nere. Le classi medie della Salvezza, Società Editrice Internazionale, Torino, 1966, 2 vol.
1967 : Charles Moeller, Littérature du xxe siècle et christianisme, t. II : La foi en Jésus-Christ : Sartre, Henry James, Martin du Gard, Malègue, Tournai-Paris, Casterman,1967, in-8° chap. IV (« Malègue et la pénombre de la foi » étude d’Augustin et de Pierres noires : Les Classes moyennes du Salut), p. 275-396
1969 : Jean Lebrec, Joseph Malègue : romancier et penseur (avec des documents inédits), Paris, H. Dessain et Tolra,‎ 1969, 464 p.
1969 : Jean Lebrec, L’Art de la nouvelle selon Joseph Malègue, Paris, H. Dessain et Tolra, 1969 (Etude de la nouvelle chez Malègue et publication de cinq nouvelles inédites et de l’essai Le Drame du romancier chrétien)
1974 : Victor Brombert, The Intellectual Hero. Studies in the French Novel, 1890-1955, Chicago, The University of Chicago Press,‎ 1974
1985 : Wanda Rupolo (trad. d’André Lorsini, Malègue et la « loi de la dualité » in Le Roman français à la croisée de deux siècles, p. 115-133, Champion-Slatkine, Paris-Genève, 1989.), Stile, romanzo, religione : aspetti della narrativa francese del primo Novecento, Roma, Edizioni di storia e letteratura, coll. « Letture di pensiero e d’arte » (no 71),‎ 1985
1987 : William Marceau, Henri Bergson et Joseph Malègue : la convergence de deux pensées, Saratoga, CA, Amna Libri, coll. « Stanford French and Italian studies » (no 50),‎ 1987.
1995 : Le Style des philosophes, Colloque organisé par Bruno Curatolo et Jacques Poirier, du 2 au 5 novembre 1995, à Besançon et Dijon (les Actes ont été intégralement publiés, Les Écrivains et leurs lectures philosophiques : Bruno Curatolo dir., L’Harmattan, 1996, 206 pages : Joseph Malègue étudié par Geneviève Mosseray).
1996 : Bruno Curatolo (textes réunis par), Geneviève Mosseray et al., Le chant de Minerve : Les écrivains et leurs lectures philosophiques, Paris, L’Harmattan, coll. « Critiques littéraires »,‎ 1996, 22 cm, 204 p. « « Au feu de la critique », J. Malègue lecteur de M. Blondel
2003 : Ambroise-Marie Carré, Ces maîtres que Dieu m’a donnés, Paris, Editions du Cerf,‎ 2003
2004 : Claude Barthe (dir.), Les romanciers et le catholicisme, Editions de Paris, coll. « Les Cahiers du roseau d’or » (no 1),‎ 2004, Versailles, 223 p. « Joseph Malègue et le « roman d’idées » dans la crise moderniste », p. 83‒97
2004 : Wolfgang Grözinger, Panorama des internationalen Gegenwartsroman : gesammelte « Hochland »-Kritiken, 1952-1965, Paderborn, Ferdinand Schöningh,‎
2004 : (Malègue p. 180 et suivantes).
2005 : La finalité dans les sciences et dans l’histoire, Colloque organisé par le Centre d’Études et de Prospective sur la Science (CEP), à Angers, 15 et 16 octobre 2005 Benjamin Guillemaind : “La subsidiarité et ses applications” (…) Jean-Pierre Brancourt : “La finalité du pouvoir dans la monarchie française” Patrice Raymond : “Les finances publiques” (…) Benoît Neiss : L’œuvre de Joseph Malègue, une littérature, médiation des plus hauts mystères.
2006 : Herméneutique biblique et création littéraire de la fin de l’âge classique à l’époque contemporaine, Colloque international sous la direction de Jean-Yves Masson (Paris IV-Sorbonne) et Sylvie Parizet (Paris X-Nanterre) 11-13 mai 2006 (intervention de P.Bruley sur Malègue voir plus bas).
2006 : Philippe Van den Heede, Réalisme et vérité dans la littérature. Réponses catholiques : Léopold Levaux et Jacques Maritain, Fribourg, Academic Press,‎ 2006, 475 p. (extraits très nombreux d’un manuscrit inédit de Léopold Levaux sur Malègue).
2011 : Pauline Bruley, Les écrivains face à la Bible, Paris, Editions du Cerf, 2011, 272 p. , « Le clair-obscur de la Bible dans deux romans de la crise moderniste, « Augustin ou Le Maître est là » de Joseph Malègue et « Jean Barois » de Roger Martin du Gard », p. 83‒98
2013 : Yves Chevrel, Imaginaires de la Bible – Mélanges offerts à Danièle Chauvin (dir. Véronique Gély et François Lecercle), Paris, Garnier Frères 2013, 354 p. « Romanciers de la crise moderniste. Mary A. Ward, Antonio Fogazzaro, Roger Martin du Gard, Joseph Malègue », p. 289-302
2013 : (15 février) L’article Augustin ou Le Maître est là obtient le label Article de Qualité dans l’encyclopédie Wikipédia de langue française
2013 : (mars et septembre). Le pape François évoque l’écrivain Joseph Malègue dans une homélie à la Basilique de Saint-Paul-hors-les-Murs et dans une interview aux revues culturelles jésuites d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Amérique du Sud.
2014 : (janvier) Réédition d’Augustin ou le Maître est là par les éditions du Cerf avec une préface d’Agathe Chepy-Châtel qui représente la 12e édition du roman.
2014 : (4 février) L’article Joseph Malègue obtient le label Article de Qualité dans l’encyclopédie Wikipédia de langue française.
2014 : Réédition de Agostino Méridier par le Corriere della Sera et la Civiltà Cattolica
2015 : Geneviève Mosseray, « Augustin de Joseph Malègue et la pensée de Maurice Blondel », Nouvelle revue théologique, n° 1, janvier 2015,‎ p. 106-120